Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les films de Fab

Les films de Fab

Mon avis sur les films vus au ciné depuis 2007 et un peu plus...


La piel que habito

Publié par heavenlycreature sur 21 Août 2011, 12:08pm

Catégories : #****

  festivaletePetit


Le nouveau Almodovar, très différent de ses précédents films est malgré tout "signé" par son auteur. Mélange de thriller sexuel et d'histoire de vengeance, il est  servi par une mise en scène soignée (certains plans sont splendides) et agrémenté d'une musique comme toujours chez Pedro adéquate et parfaite (magnifique morceau : Shades of marble de Trentemoller).
Ce qui frappe et qui trouble particulièrement ici, c'est l'audace et l'étrangeté du scénario, duquel il ne faut finalement pas trop en savoir pour en savourer tous les rocambolesques rebondissements.
La piel que habito, c'est aussi l'occasion de retrouver deux acteurs fétiches du réalisateur: Antonio Banderas (qui trouve l'occasion de redorer son blason terni par une succession de navets) et la toujours formidable et charismatique Marisa Paredes (excellente bien qu'un peu secondaire). La révélation du film s'appelle Elena Anaya, une somptueuse jeune femme très sensuelle, elle est parfaite.
Le film, s'il met un peu de temps à nous saisir (il faut être un peu patient), nous embarque rapidement dans son histoire alambiquée et vénéneuse. Aussi abracadabrantesque soit-elle, Pedro réussit à nous y faire croire et c'est le principal. J'ai aimé les rapports obscurs qui lient les personnages et ai été très troublé par celui qui lie le docteur (Banderas) à son cobaye (Vera).
Loin d'être le plus fédérateur, il est une œuvre étrange au charme obscur qui m'a plutôt séduit.

Antonio Banderas & Elena Anaya. Pathé DistributionAntonio Banderas & Elena Anaya. Pathé DistributionElena Anaya & Marisa Paredes. Pathé Distribution

Rond4



Commenter cet article

foxart 21/08/2011 22:47

à L. Bourgeois et à Jean-Paul Gaultier, surtout.. Il y a pire dans le genre ringard...

Mon N°1 de l'année à moi aussi... Qui va être sérieusement difficile à détrôner...

Fab 21/08/2011 16:50

Jamais deux sans trois : la combinaison fait aussi écho aux oeuvres de Louise Bourgeois.

Fab 21/08/2011 15:07

Sinon, je donnerais bientôt mon avis sur mon blog. Difficile d'en parler sans trop spoiler. Il a détrôné Black Swan de la tête des films que j'ai préférés cette année.

Fab 21/08/2011 15:04

Je pense que la combinaison est le symbole de la rébellion silencieuse qui agite Vera. Depuis qu'elle est devenue cobaye, elle a été comme expropriée de son corps. Elle ne veut pas jouer le jeu de l'hyperféminité qui ne lui correspond pas (elle déchire, d'ailleurs les robes qu'on lui amène et en fait disparaitre les lambeaux quand elle ne les utilises pas pour son travail artistique). Vera se fiche d'être belle ou laide, elle veut avant tout survivre. Ce n'est que lorsqu'elle accepte de jouer le jeu de la féminité qu'elle trouve sa libération et, paradoxalement, son identité.

Chris 21/08/2011 14:35

D'accord avec toi. Une chose m'a troublée : c'est l'aspect complètement ringard de la combinaison qui couvre l'actrice. Le film n'explique pas très bien sa raison d'être. D'autant plus que la peau greffée semble être d'une qualité supérieure... En tout cas, elle a le mérite de mettre en valeur le corps de Vera, incroyablement délié et élancé.

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents