Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les films de Fab

Les films de Fab

Mon avis sur les films vus au ciné depuis 2007 et un peu plus...


Le cheval de Turin

Publié par Heavenlycreature sur 20 Décembre 2011, 23:26pm

Catégories : #***

lechevaldeturin.jpgDe Béla Tarr, je ne savais rien il y a encore quelques semaines. En allant voir son ultime film, Le cheval de Turin, j'ai vécu ce qu'il serait commun d'appeler une expérience de cinéma... quelque chose d'aussi désagréable que stupéfiant où l'ennui a souvent côtoyé la fascination.
Il faut avouer qu'il faut s'armer d'un certain courage pour aller voir ce film : 2h30 de film hongrois avec seulement deux personnages (et quelques rares autres) qui ne s'adressent que très rarement la parole...  on ne le fera pas tous les jours.
D'autant plus que la vie du père et da sa fille, rythmée par des actions quotidiennes et répétitives, d'une monotonie et d'une tristesse à pleurer ferait presque passer Jacquou le croquant pour un privilégié.
Coincés dans leur baraque à cause d'une tempête qui les empêche de sortir et d'un cheval (leur seule signe ostentatoire de richesse) qui semble résigné à se laisser mourir, et alors que l'apocalypse semble proche, le père et la fille continuent à vivre leur vie misérable et à manger leur patate chaude quotidienne à main(s) nue(s).
Bercé par le souffle du vent et l'absence quasi totale d'action (ah si à un moment ils tentent de tout quitter pour "autre chose" mais finissent par revenir sur leurs pas... résignés...), il est parfois difficile de ne pas sombrer dans le sommeil.
Et pourtant... pourtant il se passe bien quelque chose. D'abord, la mise en scène de Béla Tarr est somptueuse. Le cinéaste accumule les plans-séquences  parfaitement maîtrisés, les noirs et blancs magnifiques et les mêmes actions filmées sous différents angles qui hypnotisent... l'ensemble a quelque chose de fascinant.
Une étrange épreuve, un film radical et rude aussi sec qu'un puits sans eau, dont on ressort en se disant qu'il nous aura au moins fait ressentir des émotions cinématographiques inédites.

Rond3

Commenter cet article

grooming 18/06/2014 15:58

C'est l'avantage des films contemplatifs, on se fait chier mais on aime ça, et Tarr est un expert dans le genre, à faire durer de longues minutes ennuyeuses mais à la fois magistrales des séquences pour lesquelles quelques secondes suffiraient ;)

Wilyrah 25/12/2011 11:33


Trop austère pour que je m'y aventure :(

Heavenlycreature 25/12/2011 20:58



Austère... c'est le mot... :) mais c'est quand même suffisamment différent pour susciter de l'intérêt... ça reste un film difficile même s'il est fascinant à plusieurs niveaux...



mymp 22/12/2011 12:32


En plus, vous êtes courageux d'avoir affronter pour la première fois le cinéma de Béla Tarr avec ce film qui est son plus radical. Damnation, Les harmonies Werckmeister et Satantango, tout en
étant très rudes aussi, sont plus "accessibles", racontent plus de choses. En tout cas, il ne me reste plus qu'à aller voir Donoma !

Heavenlycreature 25/12/2011 20:56



Je ne sais pas s'il faut avoir du "courage" pour aller voir ce film même si c'est clair que c'est très radical !



Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents