Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les films de Fab

Les films de Fab

Mon avis sur les films vus au ciné depuis 2007 et un peu plus...


Ici et là-bas

Publié par Heavenlycreature sur 28 Mars 2013, 11:25am

Catégories : #Le Festival du cinéma espagnol de Nantes, #Ciné espagnol, #Antonio Mendez Esparza, #Drame, #Très bien

Bannierefestivalespagnol

icietlabas.jpg

Un homme retrouve sa femme et ses filles dans un village mexicain, après avoir passé clandestinement  quelques années aux Etats-Unis pour gagner de l'argent. Revenu parmi les siens, il aspire à offrir à ceux qu'il aime une vie meilleure.
Ici et là-bas, premier film de Antonio Mendez Esparza, détonne par son ambiance lumineuse et douce et son calme ambiant.
Lent et parfois très contemplatif, il risque de rebuter une partie de ses spectateurs. C'est pourtant dans son approche du quotidien, dans sa façon de filmer la vie simple d'une famille qu'il puise toute sa force.
Le réalisateur magnifie l'ordinaire, il nous invite dans l'intimité d'une famille qu'il filme avec respect, nous permet d'être les témoins de scènes magiques comme ce très beau passage où Pedro interprète une chanson à son épouse et ses filles qui se moquent gentiment de lui ou quand Pedro s'entretient avec une vieille dame à propos se son futur enterrement : il y a vraiment un truc qui se passe, c'est très fort.
Et puis, si Pedro est parti s'exiler quelques temps loin de sa famille, c'est pour pouvoir subvenir à des besoins aussi simple que pouvoir offrir une glace à ses filles, soigner sa famille et pourquoi pas monter ce groupe de rock qui lui tient tant à cœur... pas plus.
Toute l'action du film se passe au Mexique, le là-bas du titre, les Etats-Unis, n'est pas montré... Le film réussit néanmoins à dénoncer toute la différence qui subsiste entre ces deux voisins : la difficulté pour Pedro de soigner son épouse et celle de retrouver du travail sur place...
La mise en scène silencieuse et pleine de longs plans-séquences contemplatifs est à l'image de Pedro, douce et sereine.
Jamais complaisant, ni condescendant, Antonio Mendez Esparza montre toute la dignité de ces hommes et de ces femmes, sans jamais être misérabiliste et ça fait du bien.
Un très beau film. Coup de cœur.

Rond4
8/10
 


 


 

Ici et là-bas
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents